[Afterwork Tea] L’Osmanthe (Paris XII)

, , 6 comments


Fin septembre, j’ai eu la chance de retourner avec les Teasters à la pâtisserie L’Osmanthe, que j’adore et fréquente assez assidûment.
En fin de soirée, nous avons non seulement eu le privilège d’avoir le lieu et la chef pâtissière, Fang Jin, pour nous seuls mais en plus, grâce à notre nombre, nous avons pu goûter à la majorité des créations et des incontournables !
Sans compter que l’endroit s’est refait une beauté pour mieux mettre en valeur la vitrine et surtout, l’immense atelier autour duquel nous avons passé notre délicieuse soirée. Je vous montre ?

 


Mes photos ne rendent pas hommage au lieu, donc il va falloir me croire sur parole : c’est sobre et épuré, sans fioritures, et c’est à l’image des pâtisseries de Fang Jin. Inventives, aériennes et savoureuses, sans prétention déplacée.
Et pourtant, on ne peut pas dire que Fang Jin manque d’ambition : les créations sont nombreuses et font la part belle tantôt aux fruits, tantôt aux fleurs, mêlant très habilement des techniques françaises et des ingrédients chinois et asiatiques. À l’approche de la Fête de la Mi-Automne, on pouvait en plus acquérir des mini-gâteaux de la Lune à la composition originale et à la présentation trop mignonne. Bien évidemment, je me suis laissée tenter… et j’en parle un peu plus bas dans cet article ;)



Mais revenons à notre soirée consacrée aux créations emblématiques de L’Osmanthe ! J’ai reconnu le très esthétique Tutu, au litchi et au pamplemousse, que j’aime beaucoup, mais j’ai aussi pu contempler de près la sublime tartelette au café et aux figues (dommage que je n’aime pas le premier…) et la jolie rose Léa, dont le mélange de vanille et de fruits rouges doit être bien agréable au palais !


Il y avait des pâtisseries qui m’étaient inconnues, comme le dôme violet au nom évocateur de Plume et la tartelette matcha d’un vert profond bien engageant (contrairement au vert fluo que l’on peut voir ailleurs).


Et il y avait bien sûr les classiques de la maison : le Tasha que j’achetais tous les ans pour son anniversaire de mon père jusqu’à ce que ses (!) médecins lui ont dit de se calmer sur le sucre, le Fei qui explose en bouche et le Céline à la mangue.


Après avoir opéré des choix cornéliens, nous nous sommes installés derrière la jolie verrière, sur le grand plan de travail.

Nous avons tous choisi de prendre des pâtisseries différentes pour pouvoir goûter au maximum de choses, à la chinoise ^^


Et nous nous sommes fait présenter chacune d’elles par Jin, aussi modeste que son parcours est impressionnant : après avoir été comptable dans une autre vie, elle a étudié au Cordon Bleu dont elle est sortie diplômée, puis, elle a fait ses armes chez Cyril Lignac et a réalisé son rêve : ouvrir sa propre boutique pour pouvoir travailler les ingrédients qu’elle veut. Et tant mieux pour nous !


De gauche à droite et de haut en bas, nous avons vu défiler le Plume (mousse de cassis, compote de myrtilles sauvages et biscuit chiffon), le Puits de Souvenir (mousse au chocolat au lait à l’osmanthe, cœur crémeux poire William et biscuit de noix), le Cara Coco (mousse caramel et coco, compote d’ananas, biscuit aux agrumes et croustillant coco caramel) et le Saint-Honoré au sésame noir.

   
    

Tutu (litchi, pamplemousse et biscuit aux agrumes), Tasha (mousse au litchi rose, litchi frais et biscuit joconde), la tartelette au caramel et au matcha (pâte sucrée, crème d’amande au thé matcha, ganache glaçage matcha caramel) et Céline (crème mousseline avec des morceaux de mangues fraîches et biscuit dacquoise aux amandes).

   
    
Fei (crémeux au thé vert, caramel, compote de haricot rouge, le tout sur une génoise au thé vert) et BW (crémeux sésame, croustillant sésame, gâteau de Savoie au sésame).

   

J’ai pu goûter au Puits de Souvenir, dont l’association d’osmanthe (桂花, qui a donné le nom de la boutique), de poire et de chocolat m’a agréablement surprise, au Saint-Honoré d’une grande maîtrise et dont on sent bien le sésame noir, et à la tartelette matcha/caramel qui propose, là encore, un mélange subtil pas écœurant pour un sou. Tout le monde semblant s’être régalé, j’imagine que les autres pâtisseries sont loin d’être mauvaises aussi ;)

En tout cas, cette visite collective me confirme tout le bien que je pense de L’Osmanthe : les pâtisseries portent des intitulés sobres et ne contiennent pas mille ingrédients, mais chacun d’eux a sa place et est bien dosé. J’aime aussi beaucoup le jeu des textures, notamment la présence récurrente de craquelins et de biscuits croustillants qui viennent donner du peps à l’ensemble. Sans oublier, bien sûr, les présentations recherchées sans trop en faire, en particulier le Tutu, le Cara Coco (dommage que je n’aime pas du tout la noix de coco et assez moyennement l’ananas en dessert) et le Plume tout étincelant.

Comme la boutique comporte une petite partie salon de thé, il y a bien sûr du thé à la carte, que Jin ramène personnellement de Chine dans ses valises. De mémoire, il y avait un thé à l’osmanthe, bon, mais dont je n’ai pas su discerner la note d’osmanthe, et surtout, le Milky Oolong que j’avais déjà eu l’occasion de boire et qui est toujours aussi bien infusé.

Bref, une soirée détendue et sans fausse note, en la charmante compagnie d’Adeline (Thé+Toi), Alex (Alex Théfu), Cécile (Serendipithe), Estelle (Volutes Tea), Lætitia (Thévangéliste), Lucie à distance (The Cup of Dream), Mathilde (Tea Trip) et Basile, Nicolas (tit0urs), Zoé (Zoe In The Kitchen). Merci à tous et en particulier à Mathilde pour l’organisation (et le découpage des gâteaux) !

En plus, j’ai pu prolonger l’expérience avec les gâteaux de la Lune mentionnés plus haut… qui sont vendus dans une superbe boîte et un sac tout aussi recherché signés Xinzhan.

      

   
 
 
 
   
Contre toute attente, j’ai adoré l’association du yuzu et de l’ananas ainsi que celle du taro et du coco. Le matcha/jasmin reste une valeur sûre et bien équilibrée. Le haricot/caramel n’est pas inintéressant mais peut-être un peu bourratif et sec, tandis que le praliné/noisette se démarque moins. Enfin, le sésame/pignon est simple, mais efficace ! En tout cas, je suis ravie d’avoir pu fêter la Fête de la Lune avec ces gâteaux produits en petite quantité, car je ne suis pas franchement amatrice des gâteaux traditionnels avec leur jaune d’œuf salé et leur mélange improbable : jambon et fruits confits, par exemple, n’ont pas ma faveur…


Merci à L’Osmanthe
et aux Teasters !


L’Osmanthe
8 Rue Tourneux
75012 Paris
Site Internet et horaires
 

6 commentaires:

  1. Oh mon dieu, que ça avait l'air délicieux ! C'est coloré, simple, cela me plait ! Et les gâteaux de lune, huuummm...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça te plairait, c’est sûr !
      Ca te dit, une journée à Paris où on ne ferait que savourer tout ça ? ;)
      Tu as commandé les gâteaux de la lune, alors ?

      Supprimer
    2. Ce serait bien !
      Non pas commandé encore, ils sont sur la liste de mes souhaits de moi à moi. Et h'envisageais aussi de les commander pour en faire cadeau à mes parents.

      Supprimer
    3. Argh, je suis au regret de te dire qu’ils ne sont peut-être plus disponibles alors, ça semble être saisonnier…

      Supprimer
  2. Oh mon dieu, que c'est coloré, beau, et comme cela semble délicieux ! quel beau moment !

    RépondreSupprimer